Mais, finalement, c'est quoi le momoqueur ?

« Si vous voulez, voici ce que je suis prêt d’admettre : je ne suis moi-même rien d’autre qu’un chercheur d’aventures verbales. » (Vladimir Nabokov)

 

 

Le  « Momoqueur », c'est un envoi quotidien de phrases, d'aphorismes, de citations, parfois drôles, parfois cyniques, des persifflages, des sarcasmes ...

Des phrases qui paraissent parfois dans certains journaux décalés comme «  Le Batiâ moûrt soû » ou « La Belle-mère Dure »…

Des phrases qui s’exposent intempestivement sous forme de lessive poétique dans des bistrots, dans des librairies, dans des écoles, lors de manifestations diverses…

Bref, des mots qui s’invitent dans des lieux inattendus… et qui circulent librement sur des blogs et autres nouveaux médias.

Si vous êtes intéressé par cette livraison quotidienne et gratuite de délires verbaux, envoyez « Je veux et j’exige de recevoir le Momoqueur » à jeanphilippe_querton@yahoo.fr  et (presque) tous les jours, je débarquerai dans votre messagerie électronique pour quelques secondes.

Voici ce à quoi vous avez échappé ces derniers temps:

« Benoît 4X4, un pape tout-terrain dont les propos polluent. » (JPQ)

« Dans la question tibétaine, le silence de Serge Lama m’inquiète un peu. » (JPQ)

« J’ai passé le week-end à fonder un mouvement pour le rattachement de la Wallonie au Tibet. Résultat : Tintin. » (JPQ)

 « Au retour de deuil, tout le monde sirotait un petit noir » (JPQ)

 

« Comme disait le mineur retraité, il n’y a plus terril en la demeure. » (JPQ)

 

« Les personnes qui décèdent entre le 21 juin et le 22 juillet meurent sous le signe du cancer, mais parfois simplement d’un rhume mal soigné ou d’une chute dans l’escalier. » (JPQ)

 

« Croque dans la chair du pamplemousse et sens les larmes poindre, c’est l’amer qu’on voit danser. » (JPQ)

« Tout de sombre vêtu, l’écrivain se dirige vers la feuille blanche, il sirote lentement un verre de Mojito, commence alors la rédaction du rhum en noir. » (JPQ)

« J’en ai marre d’être trompé par cette Fallope » (JPQ)

« Si le premier mai est la journée du travail, le premier « mais » symbolise le début de la contestation. Une semaine plus tard, le « oui, mais » évoque déjà la capitulation. » (JPQ)

 

« La campagne anti-tabac bat son plein dans les restaurants, on y interdit désormais la vente de saumon fumé. » (JPQ)
 
 « J’aimerais avoir le cancer pour pouvoir suivre une Chimay-thérapie. » (
JPQ)


A bientôt… Si vous le voulez bien.

Jean-Philippe Querton

C'est quoi le momoqueur ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site