Interview

Interview

 

Source:http://lesbellesphrases.skynetblogs.be/archive/2011/09/15/interview-livres-vous-jean-philippe-querton.html#comments

Jean-Philippe Querton est romancier et auteur d’aphorismes. Grand lecteur, écrivain donc, il ne manquait plus à sa palette littéraire que l’activité d’éditeur. Il a franchi le pas en fondant les Cactus Inébranlable Editions : ça va piquer ! Il anime à Tournai un atelier d'écriture... dans l'esprit de la série noire.

 Ton livre préféré, le livre qui t’a donné envie d’écrire ? Ton ou tes auteur(s) fétiche(s) ?

 Lorsque je me replonge dans mes souvenirs de lecture, je ne peux m’empêcher de repenser à quelques ouvrages lus il y a…. des dizaines d’années. Merde, quoi, on est vieux, on l’assume !

Mon premier coup de cœur, ce fut « 20.000 lieues sous les mers » de Jules Verne. Je devais avoir dix ans et je me suis englouti  dans ce bouquin durant quelques jours de grippe volés à l’obligation scolaire grâce à la technique du frottage de thermomètre, bien plus efficace que l’oignon sous le bras.

Les lectures de la fin de mon enfance furent « classiques » : Alexandre Dumas, Théophile Gauthier…

Un peu plus tard, j’ai découvert Simenon que j’ai dévoré, ce doit être mon côté anthropophage. 

Puis vinrent les romans noirs (Montalban, Manchette, Daeninckx…), les ouvrages des surréalistes hainuyers (Scutenaire, Chavée…), et un peu plus tard  Boris Vian et Jacques Prévert.

Aujourd’hui, je dirais que mon auteur fétiche, c’est Jean-Bernard Pouy.

Pas loin derrière, il y a Fred Vargas, Thierry Jonquet… et dans un autre genre Vladimir Nabokov.

 Le livre que tu n’aurais jamais dû lire?

 Il y a quelques années, quelqu’un m’a prêté un ouvrage en m’affirmant que c’était génial, bouleversant, extraordinaire, que j’allais aimer… Bref, il fallait que je le lise. J’ai lu une trentaine de pages de ce bouquin, puis, j’ai laissé tomber, trouvant l’histoire nulle et bourrée de ficelles, le style enfantin, le ton un peu ridicule, le vocabulaire simpliste…

Pas mon truc, quoi !

J’ai rendu l’ouvrage en haussant les épaules, lâchant juste un « bof », histoire de ne pas vexer la personne en question. L’auteur (avec un petit « a ») de cet ouvrage a fait du chemin. C’était Marc Lévy, et le livre s’appelait « Et si c’était vrai ? ».

 Une trouvaille littéraire ? Un auteur méconnu à recommander?

 Je me trouve beaucoup trop méconnu et je recommande à tout le monde de me découvrir hâtivement.

 L’écrivain que tu as, aurais aimé, ou aimerais rencontrer.

 Il ne m’aurait pas déplu de me saouler la gueule avec Charles Bukowski, j’aurais adoré faire un gueuleton chez Jim Harrisson et je passerais volontiers un week-end avec Jean-Bernard Pouy, en compagnie de son pote André Stas.

 Comment écris-tu ? (où, quand, conditions ou pas, manies, ressorts de ton inspiration)

 Assis, devant mon écran d’ordinateur, un cendrier à portée de main, une cafetière à proximité (le matin), une Chimay bleue pas loin (le soir).

Avec beaucoup de livres autour de moi, des dictionnaires en particulier et plein de liens disponibles sur le PC.

 L’épisode de ta vie retranscrit au plus près dans un de tes livres ? Un épisode de ta vie qui t’a servi de modèle ?

 La plupart des histoires que j’ai écrites démarrent à partir de situations que j’ai rencontrées dans ma vie.

Le Marcel Quinchon de Mortelle Praline et du Poulet aux Olives, c’est un peu moi dans son rapport avec le travail, avec les bistrots, avec les femmes… D’ailleurs, l’histoire de Mortelle Praline démarre dans un hôpital où le détective est hospitalisé en raison d’un infarctus. Là, des colocataires commencent à décéder frénétiquement! Cette histoire m’est arrivée, et elle m’a inspiré le début d’une « aventure » totalement imaginaire.

Pronunciamiento, commence par la relation d’un moment que j’aurais aimé vivre et pas mal de lieux évoqués dans ce récit sont inspirés de mon passé, de mes voyages dans le cœur de l’Ardenne belge.

L’homme à la Chimay bleue, c’est aussi un roman qui démarre à partir de moments vécus, mais l’histoire contenue dans l’ouvrage est totalement du domaine de la création.

Ton livre personnel préféré (ou que tu trouves le plus réussi)?

 Mon opinion personnelle concernant mes bouquins, c’est que mon préféré, c’est L’homme à la Chimay bleue, par contre, celui qui m’a valu le plus d’éloges, aussi bien de la part des lecteurs que de la critique, c’est Les Perdants. Curieusement c’est celui qui s’est le moins bien vendu, sans doute en raison du côté sensible du sujet traité, à savoir, un amour qui naît dans l’esprit d’un délinquant sexuel à l’égard d’une très jeune adolescente, certains ont prétendu – à tort – que j’y faisais l’apologie de la pédophilie.

 Ta phrase, citation préférée (de toi ou d’autrui)?

 J’adore les citations, surtout les miennes, c’est pour cela que je vais en citer une qui n’est pas de moi : « Si tu bois mes paroles, tu ferais mieux d’ouvrir une Chimay bleue ». Cet aphorisme issu en droite ligne du cerveau prolifique d’Éric Dejaeger, je l’ai trouvé dans un petit recueil déniché je ne sais plus où et il m’a donné envie de faire connaissance avec l’auteur. Cette rencontre a eu lieu - devinez ou ? - dans un bistrot. Depuis, on ne se quitte plus.

 Coup de cœur artistique récent (tout genre confondu)?

 On n’est donc plus dans la littérature avec cette question, alors, je dirais que chaque fois que je glisse un disque de Wim Mertens ou d’Ozark Henry dans le lecteur CD, mon cœur s’emballe d’allégresse.

 En quelques lignes, ton prochain livre...


Mon prochain livre ?

Difficile à dire, puisque je suis sur deux projets, les deux sont bien avancés.

Best-seller, dont je publie régulièrement un chapitre sur mon site, sera une fable surréaliste où se croiseront des personnages étrangement ressuscités, des héros n’ayant jamais existés, qui partagent le quotidien d’un auteur qui cherche à écrire LE livre de sa vie, le succès tant attendu, histoire de faire plaisir à sa mère…

Puis, il y a un autre récit à terminer…

Une histoire noire sur la mémoire, sur la folie, sur le doute…

 Tes 10 livres préférés

 Dans le désordre et très spontanément :

 Le dictionnaire de la langue française d’Émile Littré

1280 âmes de Jean-Bernard Pouy

Lolita de Vladimir Nabokov

Les pensées d’un ortieculteur d’Éric Dejaeger

Chroniques de la haine ordinaire de Pierre Desproges

Mes inscriptions de Louis Scutenaire

Pietr le Letton de Georges Simenon

Mon Vieux de Thierry Jonquet

L’hygiène de l’assassin de la mère Nothomb

Le journal de Jules Renard

Le site de Jean-Philippe (son actu, son atelier littéraire, "Best seller", des momoqueurs...) http://jeanphilippequerton.e-monsite.com/

Le site des Cactus Inébranlable Éditions :http://cactusinebranlableeditions.e-monsite.com/

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site