Aphorismes et Terrils

La planète…

 

Quand j’observe la pleine lune, je pense que la terre a encore oublié de mettre un préservatif sur le mont Everest.

 

Mon ici est aussi l’ailleurs de quelqu’un.

Et vice versa.

J’ai visité Lille. Je ne l’ai pas trouvée si déserte que ça.

Je rêve d’acheter mes dernières tongs à Paris.

Nouvelle version de « Tintin au Tibet » : « Tintin en forme olympique ».

 

Dans la question tibétaine, le silence de Serge Lama m’inquiète un peu.

 

Je me pique, tu te piques, il se pique, nous allons aux jeux olympiques…

 

Un Indien vaut mieux que deux tu l’auras.

 

L’annonce de la tournée d’adieu d’Annie Cordy en Afghanistan n’a provoqué aucune réaction. Il y a des peuples qui savent souffrir dans le silence et la dignité.

 

Si Marine Le Pen se lance dans la variété, on pourra dire qu’un sang impur abreuve nos microsillons.

 

Entendu à la radio : « A Jérusalem, Benoît XVI s’est entretenu avec le mufti..» J’ignorais qu’il y avait des curés liégeois en Israël.

 

On entend dire que les victimes de la crise financière sont les petits porteurs. C’est assez vite oublier ceux qui ont de grosses couilles.

 

De quelle nationalité est cet homme demanda le médecin en débarquant sur la banquise. Et le brave guide de répondre : Il est inuit, docteur Schweitzer.

 

Je cherche la différence entre une tente canadienne et un homosexuel québécois.


 

 

Les animaux…

 

Petit appétit, l’oiseau fait son nid.

 

Chassez le thon au naturel, il revient en conserve.

 

Quand le paon est crevé, il met la roue de secours.

 

J’ai connu un zoophile qui sautait régulièrement du coq à l’âne.

 

Esturgeon ? Non, ce n’est pas lui.

 

Dans les poulaillers, le festival de cane laisse la volaille indifférente.

 

L’homme oisif est comme le pigeon, il se la roucoule douce.

 

Dans les poulaillers, le festival de cane laisse la volaille indifférente. 


 

 

Petits défauts…

 

L’aveugle est incapable d’observer une minute de silence.

 

C’est triste, le manchot ne sait jamais remettre à deux mains ce qu’il doit faire le jour même.

 

Ne sachant s’adonner au plaisir solitaire, les sœurs siamoises préféraient le plaisir solidaire.

 

J’aimerais avoir le cancer pour pouvoir suivre une Chimay-thérapie.

 

Si tous les manchots du monde voulaient bien se donner la main, on s’occuperait un peu plus de leurs moignons.

 

Quand l’unijambiste prend son pied, il risque de perdre l’équilibre.

 

J’ai fait un rêve sans queue ni tête. C’était l’histoire d’un eunuque décapité … 

Il y a des gens qui sont  maniaques au point de refuser de toucher le tiercé dans le désordre.

Mon pire ennemi est borgne. Malheureusement je n’y suis pour rien.

 

L’aveugle est incapable d’observer une minute de silence. 

 

La couleur écarlate des carreaux de tes chaussettes ne dissimule  pas toujours la naissance de ta moustache. 


 

Les métiers…

 

Il y a des chômeurs qui ne sont pas allergiques au bouleau.

 

La chômeuse a les seins qui pointent.

 

Il est paléontologue, mais où est-il allé alors ?

 

Las de vendre saucisses, entrecôtes et côtelettes, le marchand de barbaque devint torero. C’est une manière d’accommoder le boucher à l’arène.

 

Le cambrioleur rédigea ses mémoires à partir des notes qu’il avait prises au vol.

 

Comme disait le mineur retraité, il n’y a plus terril en la demeure.

  

Le gynécologue qui n’hésite pas à faire des heures supplémentaires écrira sur sa porte : « Ovaire toute la nuit. »

 

Au cours de géographie, le cancre est souvent installé au fond de l’atlas.

 

Lui, il est syndicaliste, elle, couturière. Tous les deux, ils taillent des costards dans le patron.


  

 

Les proverbes…

 

Allez-y, que ce soit à jacta est ou à jacta ouest, mais allez-y!

 

Qui tire la chasse, de son étron, perd la trace.

 

Qui ne dit mot se sent con.

 

Qui ne dit mot n’est pas bavard.

 

Qui ne dit mot a le sexe qui pue.

 

L’oisiveté est la sœur du tournevis

 

 

 

 

Ne dites pas…

 

Ne dites pas : « Qu’est-ce qu’il est lourd ! », mais dites :

« Il présente une sérieuse surcharge cérébrale.

 

Ne dites pas : « Elle avait de tous petits petons, Valentiiiiiiiine », mais dites : « Valentine était micromamelonnée.

 

Ne dites pas : « J’ai la tête dans le cul », mais dites : « Je souffre de proctocéphalée ».

 

Ne dites pas : « C’est une idée vachement tirée par les cheveux », mais dites : « Ce concept est complètement capillotracté.

 


 

 Nom de Dieu…

 

La parabole du bon samaritain n’est pas une antenne pour capter Radio Vatican.

 

Y aura-t-il des témoins au procès de Jéhovah ? 

 

Faire un réglage de soupapes, ce n’est pas soigner un évêque.

 

Benoît 4X4, un pape tout-terrain dont les propos polluent.


 

 

 

 Nouvelles technologies

 

Doit-on dire de quelqu’un qui est favorable à la vente d’objets sur internet qu’il est prohibé ?

 

Mon ordinateur a des spasmes…

 

J’écoutais déjà « Téléphone » avant l’invention du GSM.


  

Melting Pot

 

Je suis de bonne humeur. Je sens la boutade me monter au nez.

 

Dans un miroir sans tain, on se trouve toujours pâlot.

 

A propos des femmes qui ont des horaires surchargés, dit-on qu’elles sont over-bouclées ?

 

J’aime bien la musique slave. C’est propre. 

 

Certains assesseurs sont fils uniques. 

 

Il était tellement amoureux, qu’avec elle, il était aux petits soins intensifs. 

 


Mais qu’est-ce qu’un aphorisme ?

 

L’aphorisme est une quintessence de mesquinerie fine.

ERIC DEJAEGER

 

Les aphorismes étaient plus nus

Que couteaux d’or

Tranchant le pain de notre vie

Achille. CHAVEE

 

L’aphorisme est la parole donnée sur l’envers du miroir

de la contre-vérité.

G. DUBOISDENGHIEN

 

L’aphorisme est le contraire d’une définition ou la définition du contraire, à moins que ce ne soit le contraire,

ou l’inverse.

G. CORTOLO.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site